Rédacteur web : crachez dans la soupe…elle est dégueulasse !

Le télétravail est paraît-t’il en plein boom en France…mais il reste de la marge pour rattraper l’Allemagne, les Etats-Unis, les Pays-Bas ou les Pays Scandinaves. Parmi ceux-ci, nous allons en étudier un, Rédacteur web, qui concerne plus particulièrement les blogueurs comme nous. 

La société du temps libre et des loisirs, à fait naître de nouvelles exigences: les gens veulent demeilleures conditions de travail, et ne veulent plus passer des heures dans les embouteillages ou lesTransports en commun dans leurs trajets domicile-travail ! Ils veulent être libres, avoir du temps pour eux, et c’est bien normal !

Dans la famille des métiers du télétravail, qui peuvent donc s’exercer à distance, le métier de Rédacteur web, encore largement méconnu, tente de tirer son épingle du jeu. Il est vrai que ce n’est pas le travail qui manque, car les blogs et les sites traditionnels ont besoin de nouveaux contenus frais en permanence, et quand « le temps de cerveau disponible » vient à manquer en interne, les webmasters des sites institutionnels se tournent naturellement vers les rédacteurs web pour sous-traiter la production de contenus. Mais les pièges sont nombreux…

 

  • Poulet plumé à la sauce Rédacteur web

…c’est où l’abattoir?

J’avais déjà eu l’occasion de m’exprimer sur le sujet sur un ancien blog, disparu depuis, mais je rejoins parfaitement l’opinion de ma confrère ici. Et je me permet donc d’en remettre une couche ici pour dire tout le « bien » que je pense des « plateformes pour rédacteurs web » : FUIYEZ-LESabsolument !!! Elles sont indignes de bénéficier de votre travail et…bien pingres avec les rédacteurs !

En fait, c’est bien simple : c’est de l’exploitation pure et simple ! Dans ce jeu de dupes, seuls les clients (les webmasters) et la plateforme y trouvent leur compte ! Les rédacteurs, eux, sont comme lesous-prolétariat des p’tites mains du web ! Adieu donc Rédactiweb, MegaRédacteur, TextMaster, et autre Buzzéa ! Y’en a pas un pour rattraper l’autre…

Si vous voulez gagner un revenu intéressant sans vous tuer à la tâche pour un « salaire » de misère, je vous conseille de vous mettre en Free-lance et de prospecter les clients directement sans passer par ces maudites plateformes ! Vous n’avez pas remarqué? Déjà qu’il faut attendre 50€ pour toucher vos gains, et à 0,03 centime le mot, il vous faudra écrire plus de 1660 mots pour toucher cette somme mais…quand vous vous en approchez, vos articles sont systématiquement refusés par l’équipe rédactionnelle! Bizarre, vous avez dit bizarre???

 

  • Linklift, sérieux à condition d’être patient !

Savoir prendre son mal en patience…

Hier matin, cependant, j’ai reçu ma première proposition d’article de la part de Linklift.fr alors que cela fait plus d’un an que je suis inscrit sur ce site, mais il est vrai qu’ils ne se sont pas foutus de ma gueule, en me proposant 70€ pour écrire un article de 250 mots minimum, pour le site d’échange de services Jemepropose.com!

Une très bonne surprise qui me donne envie de travailler régulièrement avec eux ! Bon, je pense qu’il faut chercher cette explication sur le meilleur référencement et la fréquentation de mon blogqui se sont nettement améliorés, mais cela mérite d’être salué !

Car, en règle générale, il faut bien avouer que le quotidien d’un Rédacteur web n’est pas toujoursrose : les conditions de travail imposées par les donneurs d’ordres et la rémunération y sont bienmédiocres, du genre 2,50€ ou 3€ l’article de 500 mots, 8€ quand vous faîtes parti de la « crème » des rédacteurs…de quoi refroidir bien des vocations! Par contre, on exigera de vous un travail correct sans reconnaître pécuniairement la valeur de ce travail…

Ce qui me dérange le plus sur ces plateformes où le « salaire de la peur » est la règle comme le dit ma confrère, c’est une certaine forme d’arbitraire   »à la tête du rédacteur » dans l’évaluation des articles : ils vont chipoter sur des petits détails, et aussi le fait de devoir rentrer dans le moule des normes rédactionnelles imposées, nombre de mots-clés et densité imposée, images, liens longueur du texte etc.

Bref, on corsète votre travail, on le rend stéréotypé au lieu de laisser libre court à votre créativité ! Et ça, ça me dérange beaucoup. En Free-lance, lorsqu’un client vous passe commande d’un article, il vous dit ce qu’il souhaite et c’est en général plus souple qu’en passant sous les fourches caudinesd’une plateforme !

Et vous, qu’elle est votre retour d’expérience, bon ou mauvais avec ces plateformes?

Pourquoi vous devriez rechercher des sources de revenus alternatifs

Aujourd’hui, si vous n’avez qu’une seule source de revenus (un salaire ou des allocations) vous êtes certainement frustré d’être limité financièrement et vous vous sentez en danger et dépendant de votre maigre et unique source de revenus. C’est pourquoi il serait judicieux pour vous de rechercher des sources de revenus alternatifs. Outre la sécurité financière que cela vous procure, vous avez, en plus, une liberté de faire vos propres expériences et choix de vie, et cela est sans doute le plus important. Autre avantage des revenus alternatifs, ils permettent d’aider les autres personnes dans le besoin.

 

  • Le Blogging : une source de revenus alternatifs

Le phénomène des blogs à commencé à véritablement décoller en 2002-2003 en France. Et depuis quelques années, une petite poignée de blogueurs gagnent très bien leur vie en pratiquant leur passion, et bien souvent, leur marché, c’est justement d’enseigner aux autres comment gagner de l’argent avec leur blog ! Mais alors, quel est le secret de leur réussite alors que tant d’autres échouent lamentablement? C’est simple : ils gérent leur business comme une petite entreprise, et non comme un loisir, et planifient leur travail comme dans un plan quinquenal. Evidemment, cela demande un gros travail au départ, donc de la discipline et de l’endurance. Pourtant, tous ces webmarketeurs vous diront qu’ils n’ont pas l’impression que ce travail leur pèse, puisqu’ils exercent leur passion !

Pour réussir avec le Blogging, et donc générer des revenus alternatifs, il est nécessaire d’automatiser au maximum tout le processus. Leur truc, c’est qu’ils travaillent une seule fois pour mettre en place des actions en amont. (inscription à une newsletter, page de vente d’un produit etc.) et cela leur rapporte ensuite à l’infini. C’est pourquoi l’outil le plus précieux des webmarketeurs est certainement un autorépondeur, car c’est le seul moyen qui existe de garder le contact avec ses visiteurs et de pouvoir leur faire des offres.

 

  • Comment atteindre l’Indépendance financière?

La définition de l’Indépendance financière, c’est d’être en capacité de produire des revenus qui couvrent entièrement son train de vie et pouvoir se dispenser de travailler si on le désire. C’est donc bénéficier d’une sorte de « rente de situation ». Il est important de pouvoir atteindre l’Indépendance financière pour pouvoir mener ses choix de vie, et ne pas être dépendant d’un travail que l’on subit parce qu’il est notre seule source de revenus. Selon votre mode de vie et vos aspirations, vous pourrez atteindre plus ou moins facilement l’indépendance financière. Si vous n’aspirez pas à vivre comme un nabab, il vous sera beaucoup plus facile d’atteindre cette fameuse indépendance financière, parce que vous aurez besoin de moins de biens pour produire ces revenus.

Ceci établit, il va vous falloir évaluer votre budget pour satisfaire votre train de vie. En fonction des exigences de chacun, nous venons de le voir, ce budget sera très « élastique ».Vous avez donc besoin de calculer la somme qu’il va vous falloir pour couvrir vos dépenses mensuelles. Et ensuite, adapter les moyens que l’on se donne pour réaliser ses objectifs. « Je veux prétendre à ça, il faut que je mette ça en face pour y arriver ». L’idéal est de formaliser ça dans un plan chiffré, en euros et en temps passé, pour parvenir à l’Indépendance financière : dans combien d’années j’estime pouvoir atteindre ce but? Pour y parvenir, l’un des moyens les plus usités est d’épargner pour investir. Je vous conseille à ce sujet de lire mon article relatif à l’épargne.

  • L’Affiliation pour génerer des revenus passifs

un partenariat fructueux

En matière de Blogging, puisque c’est ce qui nous intéresse ici, il existe 2 façons principales de générer des revenus passifs: soit créer son propre produit et le vendre, soit jouer le rôle d’un apporteur d’affaires pour le produit des autres, et être rémunéré à chaque vente, ce qu’on appelle l’Affiliation. Les débutants choisissent en général l’Affiliation, parce que créer de toutes pièces un produit correspondant aux attentes de son marché n’est pas forcément à la portée de tout-le-monde, car cela demande pas mal de compétences. Peux-t’on gagner beaucoup d’argent avec l’Affiliation? Cela dépendra de la stratégie que vous aller mettre en place.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet des revenus alternatifs, mais ce sera sans doute l’occasion de futurs articles. Et vous, quelle stratégie avez-vous l’intention de mettre en place?

Comment gérer l’argent dans le couple?

« Les bons comptes font les bons amis » dit-t’on. Mais l’argent est un puissant sujet de dispute dans un couple sur deux ! Pourquoi? Comment éviter cet écueil? C’est ce que nous allons aborder dans cet article…

 

 Tout d’abord, il faut replacer l’argent à sa juste place. L’argent est un moyen et non une fin en soi. C’est important de l’avoir en tête, car il ne faut jamais se laisser mener par le bout du nez par le fric, car sinon, il devient une idole, et on devient esclave de l’argent au lieu que celui-ci travaille pour nous, à notre service, car c’est bien là, sa fonction !

En France, l’argent est un sujet tabou, et il faut bien avouer que l’éducation financière à l’école fait cruellement défaut. Quand la communication fait défaut sur le sujet dans le couple, l’argent devient vite le sujet de dispute numéro 1, car chacun à son propre rapport à l’argent, et subitement, il fautconcilier la façon de voir les choses du conjoint(e). Si les couples se disputent autour des questions d’argent, comme le pensent 64% des Français, c’est aussi parce que celui qui tient les cordons de la bourse détient le pouvoir dans le couple.

Car l’argent est aussi source de sécurité et d’indépendance par rapport au conjoint(e). Et, en cas deséparation, l’argent révèle tout son pouvoir de nuisance quand les couples s’entre -déchirent au moment du partage du patrimoine ou de la question de la pension alimentaire des enfants. C’est pourquoi, il est préférable, à mon avis, d’établir un contrat de mariage avec séparation de bienspour limiter les risques.

 

  • Les conneries de jeunesse…

Quand je vivais en concubinage avec la mère de mon fils, nous avions fait le choix, à ma demande, d’ouvrir un compte commun à la Banque Postale tout en conservant nos comptes personnels. Las ! Car les dépenses sur le compte commun étaient trop importantes par rapport à ce que nous pouvions l’alimenter. Il faut dire que je n’avait pas géré nos finances avec sagesse… Nous avions décrété que nous ferions chaque mois un virement de 800€ pour l’alimenter depuis nos comptes personnels et pas un sou de plus, car chacun de nous voulait garder un pécule pour ses dépenses persos, ce qui est parfaitement légitime sauf que…quand les dépenses s’élèvent à 1900 ou 2000€par mois, ça coince !

En 1998, quand je me suis mis en couple avec mon ex’, je disposais d’une épargne d’environ 34000 euros, patiemment amassée par mon père qui avait mis de côté pour moi sur un compte, les pensions alimentaires que lui versait ma mère pendant des années. J’ai tout claqué en 7 ans à combler des putains de découverts…quand j’y repense, ça me fait mal au coeur

Car évidemment, faute d’une gestion rigoureuse, les découverts se sont vite creusés, nous nous sommes retrouvés 2 fois en interdiction bancaire, et cédant aux facilités du crédit renouvelablequand l’épargne fut épuisée.

A cette époque, étant dans une grande précarité, enchaînant boulots sans lendemains payés enSMIC et périodes de chômage, c’est mon père qui est venu à mon secours pour nous éviter les affres du surendettement…une expérience douloureuse que je me suis promis de ne plus jamais revivre !

 

  • Les 3 options pour gérer l’argent dans un couple

Ne faîtes pas comme moi et mon ex’, en décrétant ceci ou cela, sans prendre en compte la réalité des choses, mais définissez précisément vos ressources et vos besoins en construisant un budget familial. Listez l’ensemble de vos revenus et de vos dépenses qu’elles soient occasionnelles ou régulières, en chiffrant au maximum leur montant.

Si vous optez pour un compte-joint, ce qui n’est pas une mauvaise idée en soi, assurez-vousd’affecter les ressources nécessaires pour couvrir les dépenses, ou bien, si vos possibilités financières sont limitées, limitez également les dépenses supportées sur le compte joint ! Un conseil: pour garder une certaine indépendance financière, gardez un peu d’argent sur votre compte perso, mais veillez à ce que cela ne se fasse pas au détriment du compte commun ! A propos du compte commun, lisez cet article pour en savoir plus.

 

On peut distinguer 3 grandes façons de gérer l’argent dans un couple :

1) « Ce qui est à moi est à moi »: Dans ce cas-ci, peut importe les revenus de chacun, le même montant sera payé par chacun pour acquitter les dépenses courantes. C’est ce que j’avais choisi de faire avec mon ex’, mais finalement, celui qui gagne le moins et participe néanmoins à part égaleavec son conjoint(e) peut se sentir lésé. Donc, il faut que ce soit une décision réfléchie, prise d’un commun accord.

2) « Ce qui est à moi est un peu à nous » : Dans ce scénario, les dépenses sont alors assumées en proportion des revenus de Monsieur ET de Madame. C’est évidemment la plus équitable etjuste chacun contribuant à hauteur de ses moyens, mais en gardant son compte perso.

3) « Ce qui est à moi est complètement à nous » : c’est le principe du mariage sous le régime de la Communauté pour ce qui concerne le patrimoine du couple mais appliqué au budget. Ce qui signifie que les époux mettent tout en commun en s’abstenant d’avoir un compte perso. Leursrevenus et leurs dépenses sont mis sur un seul et unique compte commun, ce qui suppose uneconfiance absolue.

Cette option présente en effet des risques importants : les deux époux sont solidaires des éventuelles dettes que pourrait faire l’autre, et en cas d’interdiction bancaire, si on vous retire chéquier et carte bleue, comment continuer à régler ses dépenses sans en être empêché?

Comment se défendre face aux sociétés de recouvrement?

Des vampires suceurs de sang…

Avec cette crise sans fond, de plus en plus de Français comme d’entreprises ne peuvent plus faire face à leurs obligations, et accumulent les impayés. Une situation inconfortable, mais pas forcément une fatalité, notamment lorsque vous avez entamé une procédure de surendettement, qui stoppe les poursuites et vous accorde des délais de paiement. Mais, si vous n’avez souscrit aucun crédit -comme moi – et que vos impayés sont provoqués par la grande faiblesse de vos revenus ( vous êtes en fin de droits à Pole-Emploi, et touchez les minimas sociaux : ASS, RSA, AER etc.) soit généralement quelques centaines d’euros, il peut être utile de savoir comment se défendre face au harcèlement des sociétés de recouvrement de créances. Car mieux vaut le savoir : elles n’ont aucun pouvoir réel de vous contraindre à payer ! Seul un

huissier de justice, mandaté par une décision des tribunaux compétents, à ce pouvoir, avec notamment, la possibilité de saisir vos biens et d’aller se servir sur votre compte en banque. Mais dans ce cas, vous avez des droits, et l’huissier ne peut pas saisir n’importe quoi pour se faire rembourser.

Reste aussi la possibilité de vider votre appartement et de planquer vos biens saisissables ( téléphone mobile, TV, ordinateur, canapé etc.) chez des amis ou de la famille avant sa visite. Voici donc quelques notions pour tenir la dragée haute aux sociétés de recouvrement.

Lorsqu’un créancier ou une entreprise ne parvient pas à recouvrer une dette en interne, elle fait appel en général à des sociétés de recouvrement de créances, qu’elles mandatent pour obtenir le remboursement de cette créance. Parfois même, le créancier revend la dette à la société de recouvrement, qui agit alors en son nom propre. Beaucoup de ces sociétés, parce qu’elles ont tout intérêt àrecouvrer le plus vite possible les créances si elles veulent gagner de l’argent et rentrer dans leurs frais, usent de méthodes indélicates, illégales et malhonnêtes.  Ce secteur d’activité est en effet unejunglepeu réglementée, où les condamnations sont encore rares. Il est urgent que les pouvoirs publics prennent les choses en main et votent des lois protectrices pour les usagers et sévères pour les sociétés de recouvrement, avec peines de prison à la clé en cas de dérapages avéré. 

De plus en plus de Français sont victimes des méthodes de ces entreprises, et les dénoncent sur les forums de discussion. Certaines victimes, aidées par des associations de consommateurs, portent leur affaire devant la justice, ce que devrait faciliter les nouvelles« class actions » à la française annoncées par Benoit Amon. Un journaliste, pour infiltrer ces sociétés de recouvrement, afin d’en percer les méthodes à réussi à se faire embaucher chez l’une d’elle. Au cours de la formation, on lui a carrément annoncé que ce métier réclamait du « vice » et qu’il ne fallait pas hésiter à jouer les fouille-merde dans la vie des débiteurs ! Coups de téléphone intempestifs à l’employeur, le mari, l’entourage, lettres intimidantes, enquêtes de voisinage etc. Les sociétés de recouvrement sont sur la scelette. Les entreprises indélicates n’hésitant pas à user de méthodes illégales pour parvenir à leurs fins.

 

les escrocs des sociétés de recouvrement !

Dans ce cas, si elles font pression sur vous en dévoilant votre situation à des personnes qui n’ont pas à le savoir et a qui vous ne souhaitez pas qu’elles soient au courant, vous pouvez portez plainte pour atteinte à la vie privée.

1ere chose à savoir: les sociétés de recouvrement utilisent souvent des stratagèmes pour vous pousser à payer comme des intitulés intimidants sur leurs courriers du style : « mise en demeure de payer » « dernier avis avant fichage FICP »  » dernier avis avant saisie » etc.  qui sont totalement pipeau ! Les professionnels du recouvrement de créances sont en effet des entreprises commerciales, et non des auxiliaire de justice,  et n’ont aucun pouvoir de vous contraindre à payer ! Elles n’ont pas le droit de vous facturer des frais pour leur intervention, les honoraires de la société de recouvrement étant exclusivement à la charge de son client et en aucune façon du débiteur.

Parfois, pour vous intimider, certaines vous envoient des courriers a en-tête d’huissier et donnent un numéro à rappeler qui est celui de la société de recouvrement, et non celui de l’huissier, qui ne peut agir en dehors d’une décision de justice. Ce procédé, bien que trompeur, est en effet légal, et vise uniquement à impressionner le débiteur. Cela peut créer évidemment une confusion malsainedans la tête des gens… Des conventions de partenariat sont en effet signées entre les sociétés de recouvrement et certains huissiers qui « prêtent » leur sceau et leur signature…

2ème chose à savoir: les sociétés de recouvrement ont 2 ans seulement pour recouvrer une dette à l’amiable à compter de son apparition,  et ne peuvent donc pas agir sur des dettesplus anciennes réputées éteintes si le créancier n’a pas agit dans ce délai. Exigez donc que soit portée à votre connaissance la date de la créance et…n’hésitez pas à les renvoyer pêtre s’ils sont dansl’illégalité !

Comme vous le voyez, il ne faut jamais se laisser impressionner et manipuler par ses vautours qui ne cherchent qu’à faire de l’argent sur votre dos, vous avez des droits, il faut les faire valoir ! Même si les actions en justice sont encore rares, car malheureusement, la justice étant payante, le jeu n’en vaut pas toujours la chandelle, certaines de ces entreprises malhonnêtes ont déjà fait l’objet decondamnations, et j’espère que les futures « class actions » françaises annoncées par Benoît Amon il y’a quelques jours, auront pour effet de faciliter l’accès à la justice des citoyens les plus pauvres qui renoncent bien souvent à défendre leurs droits faute de moyens pour payer un avocat ou les procédures judiciaires. En tout état de cause, n’hésitez pas à faire appel à une association de consommateurs pour vous défendre.

Le Revenu de base : un grand pas pour l’Humanité !

Aujourd’hui en Europe, l’Austérité semble être la seule réponse à la crise qu’appliquent nos dirigeants, quant il ne s’agit pas de faire les poches de la population (Chypre) De ce fait, les peuples, en particulier en Europe du Sud, sont de plus en plus pauvres.

Ce n’est pas une fatalité et il existe d’autres solutions comme le revenu de base. Seule la volonté politique de le mettre en oeuvre fait défaut ! Avec les gains de productivité et l’automatisation, de moins en moins de personnes sont nécessaires pour produire un même volume de richesses. D’où la forte croissance du chômage ( indépendamment de la crise)

Malgré que nos sociétés occidentales n’ont jamais été aussi riches, cette richesse ne profile nullement à la population, car elle est de plus en plus scandaleusement et inégalement répartie ! Ce n’est plus supportable et le revenu de base inconditionnel doit être imposé, faute de quoi de graves troubles sociaux vont mettre le feu aux poudres sur le continent !

 

L’article 25 de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme de 1948 stipule:
<< toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être, et celui de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires . Elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans tous les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté >>

  • Quelques principes

Le revenu de base est :

  1. Universel
  2. Individuel
  3. inconditionnel
  4. suffisant pour assurer à tous une vie digne et sa participation active à la société

Ce nouveau droit réglerai bien des problèmes :

 il éradiquerai la pauvreté
– Favoriserai l’épanouissement des individus à travers des activités non marchandes
– Redonnerai du pouvoir d’achat
– Apporterai un soutien aux entreprises locales
– Et…diminuerai la dépense publique par des économies dans les dépenses sociales !

En bref, c’est un outil pour exercer pleinement notre citoyenneté.

  • Comment financer le revenu de base?

le financement

Pour introduire progressivement le revenu de base, on pourrait commencer à l’octroyer aux enfants nés à partir de 2000 ou bien choisir une ville ou une région test. C’est une possibilité, puis,l’étendre au reste de la population.

Mais, alors, comment financer un revenu aussi généreux et qui concerne l’ensemble de la population européenne? En effet, le revenu de base est automatique, individuel, inconditionnel et inaliénable.

Tout d’abord, le revenu de base ne viendra pas s’ajouter aux prestations sociales existantes, mais il s’y substituera.   De plus, il faudra y allouer l’ensemble des financements consacrés à la politique de l’emploi. Il implique une remise à plat complète du système fiscal et social, et aussi de reprendre le contrôle sur la création monétaire et la politique économique abandonnés aux banksters et aux marchés financiers. Cela veut dire une sortie de l’UE et donc de l’euro.

Le seuil de pauvreté étant fixé à 954 euros par mois pour une personne seule en France, le revenu de base doit être au minimum de ce montant, mais il est souhaitable qu’il soit équivalent aurevenu moyen des ménages.

Le revenu de base se développe à l’intérieur des revenus existants, il n’y a que quand l’individu dispose de revenus supérieurs au revenu de base que la différence est conservée. Les individus qui disposent de revenus inférieurs à ce seuil verront donc leurs ressources augmenter jusqu’à concurrence de son montant. Les autres ne perdront pas d’argent.  C’est donc plus un système de vases communiquants. Au final, les revenus demeurent stables et égaux.

 

Il s’agit donc bien de redistribuer à grande échelle les revenus, et les caisses existantes pourraient être chargées de cette répartition.

  • Le revenu de base… une solution contre l’endettement et source d’économies fabuleuses!

A peu près toutes les prestations sociales actuelles (y compris celles des collectivités locales) peuvent être remplacées par le revenu de base (APA, RSA, ASS, ARS etc.) et les administrations chargées de les verser devront se restructurer. De plus, comme les salaires baisseront pour compenser le revenu de base, l’économie française sera beaucoup plus compétitive et la part de la masse salariale qui ne sera plus versée devra concourir au revenu de base si besoin.

Les bâtiments libérés par les administrations publiques devenues inutiles pourront être transformées en logements sociaux pour accueillir les mal logés ou en crèches. Quoi que…le travail n’étant plus exigé pour touché ce revenu, les parents pourront garder eux-mêmes leurs enfants sans subir de baisse de revenus ! C’est donc bien un revenu qui émancipe les individus.

Les fonctionnaires qui auront perdu leur emploi pourront eux aussi toucher le revenu de base garanti ( alors qu’ils n’ont droit à rien quand ils sont au statut, faute d’être sensé avoir la sécurité de l’emploi ) et ils ne subiront aucune perte de revenu, car la différence avec leur ancien salaire sera conservée.

Ce revenu étant individuel, on ne prendra plus en compte la notion de revenus du foyer ( comme pour le versement du RSA) donc chaque membre de la familledu plus jeune au plus âgé, de la naissance à la mort,  touchera son revenu de base ( mis sur un compte jusqu’à la majorité pour les mineurs) Pas non plus de plafond à ne pas dépasser, il est vraiment inconditionnel !

Le revenu de base est aussi une mesure de salubrité publique, car les économies en matière de santé seront énormes ! Plus de gens dépressifs ou qui se suicident faute de perspectives d’avenir. Les gens mécontents de leur travail pourront s’en libérer sans craindre de se retrouver dans le besoin. Donc une société qui se porte bien mieux : moins d’alcoolémie, de dépressions, de suicides, d’addictions aux drogues, de maladies mentales etc.

La délinquance baissera aussi drastiquement, car les tentations de gagner de l’argent par des moyens malhonnêtes seront beaucoup plus faibles. Alors qu’attendons-nous???

Gauche Poubelle…Précaires Rebelles !

Avec sa grand’messe de lutte contre la pauvreté et les exclusions de 2 jours seulement, le Gouvernement croyait sans doute avoir fait un geste pour endiguer le phénomène. -comme si une question aussi importante ne méritait pas un débat sérieux de plusieurs mois – Mais, quelle pitoyable pentalonade en vérité ! La grande « Conférence Nationale contre la pauvreté et les exclusions », comme on pouvait le

craindre, a accouché d’une souris ! Un saupoudrage cosmétique absolument pas à la hauteur des besoins !

Qu’on en juge: il y’a aujourd’hui en France plus de 8 millions de pauvres, avec à la fois de plus en plus de personnes touchées et une agravation de la pauvreté ! Le Mouvement National des Chomeurs et Précaires (MNCP) seule des 4 orgas de chômeurs a avoir été, une fois n’est pas coutume, invitée à la sauterie, en est ressorti dégoûté et furibard. Bien que, selon moi, le MNCP était lui aussi à côté de la plaque avec ses revendications « petits bras » , ils n’ont pas obtenu le début du commencement d’une réponse crédible, c’est dire !
Ils réclamaient 250€ d’augmentation immédiate de tous les minimas sociaux, y compris de l’AER (allocation-équivalent retraite) Au lieu de cela, Hayrault a annoncé quelques mesurettes socialistes, dont la principale, la « hausse » du R.S.A de 10% sur 5ans, dont 2% en 2013 représente seulement…9,50€ en plus par mois ! Quel mépris ! Wouaaah, c’est Bizance dis-donc…Sûr qu’avec ça, les pauvres vont pouvoir sortir de leur condition !

 

  • Rose Mafia dans ses oeuvres

Bref, selon un de ses représentants dépité au sortir des discussions, le MNCP appelait de ses voeux un « Choc de Solidarité » en lieu et place de quoi ils n’auront même pas senti la pichenette ! Par contre, pour le « Choc de compétitivité », le Gouvernement est capable de sortir du chapeau 20 milliards, alors qu’on nous rabat les oreilles avec la nécessité de faire des économies sur la dépense publique pour rembourser la sois-disante « dette » ! Mais de qui se moque-t’on??? Visiblement, la bande de pieds nicklés actuellement au pouvoir a fait ses choix et les populations qui se déménent pour survivre n’en font pas partie !
Et ce n’est pas la nouvelle hausse du prix des Transports en Commun en Ile-de-France annoncé pour Janvier, estimée la plus « forte » de ces dernières années, qui va leur donner du baume au coeur…Il ne faudra pas s’étonner de la hausse paralèle de la fraude ! Et ne n’est pas tout : malgré les dénégations, le Gouvernement réflechi a des pistes comme la baisse du taux du livret A déjà ridiculement bas (2,25%) ou sa fiscalisation !!! Que du Bonheur en perspective…

Parmi les autres annonces, on peut noter que la Couverture Maladie Universelle (C.M.U) sera étendue à 500.000 bénéficiaires supplémentaires , grâce au relévement du plafond de revenus pour en bénéficier. Mais les pauvres vont-t’ils pour autant pouvoir accéder aux soins quand on sait les refus de prise en charge quasi systématiques qu’ils essuient en toute illégalité de la part du corps médical? S’il y avait des sanctions pénales avec peines de prison à la clé, les médécins respecteraient sans doute plus la loi !

 

  • Le Revenu de base et vite !

Il faut se rendre a l’évidence : les Gouvernements, qu’ils soient de droite ou de gauche n’ont absolument pas la volonté politique de régler le problème de la pauvreté, et nous ne devons pas attendre quoi que ce soit de leur part, au risque d’être fortement déçu comme avec cette mascarade destinée a faire de l’affichage politique . D’ailleurs, comme ce sont des marionnettes entre les mains de dirigeants supra-nationaux comme la Commission Européenne, ils ne peuvent que faire de la figuration dans un théâtre d’ombres…

Donc pour obtenir satisfaction, il n’y a pas d’autres choix que de s’organiser pour imposer nos revendications par la force et dans les luttes, parce qu’elles sont justes et urgentes. Et ce ne sont pas quelques dizaines ou même quelques centaines d’euros en plus dans le porte-monnaie, vite bouffés par l’inflation et le matraquage fiscal qui vont y changer quelque chose !

Pour moi, l’instauration du « revenu de base » dit aussi « inconditionnel » s’impose comme une évidence, parce que c’est le seul moyen d’en finir une bonne fois pour toutes avec la pauvreté et les conséquences financières des aléas de la vie. A condition, bien entendu d’en respecter la lettre et l’esprit ! Nous devons en finir avec les shémas du passé comme l’emploi en tant que pillier de la Société. Il faut déconnecter travail et droit au revenu, afin que l’un ne soit plus la contrepartie de l’autre. C’est ce que propose de faire le Revenu de base, puisqu’il sera ouvert à chacun, de la naissance à la mort, et sans aucune autre condition que celle de vivre en France, mais certainement pas celle de devoir travailler, puisque la société est incapable de fournir du travail à tous et à toutes.

On doit verser à chacun un revenu suffisant pour vivre, non parce qu’on le « mérite » mais parce que l’on a en absolument besoin ! Le revenu est donc à la réponse à un besoin, est à rien d’autre. C’est donc un renversement des valeurs de notre société. Je ne vais pas entrer dans le détail dans cet article, mais le revenu de base serait le produit de la fusion des allocations existantes, il viendrait donc remplacer les allocations chômage, les allocations de la CAF, les aides diverses et variées etc. Il doit donc constituer un véritable salaire d’un montant le plus élévé possible, disons 1800€ pour une personne seule et 3500€ pour un couple. ( c’est un exemple)

Venant en remplacement des aides existantes, les nombreux services affectés à leur calcul et a leur versement disparaitraient, et feraient faire a l’Etat de substancielles économies, de quoi réduire drastiquement la dépense publique ! Et les chômeurs me direz-vous, que deviennent-t’ils dans tout ça? Il faut bien comprendre que le revenu de base a pour objectif d’affranchir l’individu, afin qu’il ne soit plus dépendant d’un patron ou de l’aumône de la société, donc les chômeurs auront un véritable revenu et ils ne vivront plus dans l’angoisse de la misère et des « fins de droits »…C’est toute l’organisation de la société qui en serait chamboulée.

Le chômage subi ou volontaire, -pour se consacrer a d’autres activités plus épanouissantes- ne serait plus un problème car tout chômeur aurait droit à son revenu de base à taux plein. Les travailleurs eux, toucheraient leur salaire et une fraction du revenu de base en complément, jusqu’à concurrence du revenu de base a taux plein si le salaire est inférieur à celui-ci. Dans le cas contraire, il ne toucheraient pas le revenu de base. Ainsi, les différences de revenus dues à la situation et au statut de chaque individu serait gommées.

4 outils pour suivre ses comptes et établir son budget

Quand on veut savoir où passe son argent et maitriser ses dépenses, surtout lorsque l’on perd son emploi et que ses revenus chutent de moitié, établir un budget est un outil indispensable. 

Les Français sont plutôt fourmis dans ce domaine, et sont 78% à consulter leurs comptes au moins 1 fois par semaine selon un sondage OpinionWay. Voici 3 façons de gérer son budget.

 

1. La méthode de la « veille école »

Comme ma grand-mère, qui a toujours tenu ses comptes sur un cahier avec minutie, beaucoup de Français en particulier les plus agés, restent attachés au papier. Un carnet de comptes, sous forme d’un tableau à plusieurs colonnes, où vous noterez vos entrées et vos sorties d’argent peut convenir si vous voulez faire dans la simplicité. Cela vous permettra d’avoir une vision d’ensemble de votre budget. Dans l’idéal, il faut catégoriser vos recettes et vos dépenses. Par exemple, « dépenses courantes » « dépenses incompréssibles » « dépenses exceptionnelles » etc. afin de séparer ce qui est récurrent de ce qui est exceptionnel.

Vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, utiliser un tableur comme Excel ou Open Office. Ainsi, en entrant vos opérations au fur et à mesure, le logiciel calculera pour vous votre solde de compte et dès que vous recevrez votre relevé, vous pourrez faire votre rapprochement bancaire.

Des sites internet utiles

l’art de bien gérer ses finances…

Si vous êtes plus branché « technologie » ou que vous savez utiliser les outils d’aujourd’hui, de nombreux sites internet peuvent vous aider à tenir vos comptes et à vous former sur les finances personnelles. Sur budgetfacile.com, par exemple, vous disposez d’un logiciel de gestion budgétaire en ligne. Vous pourrez importer vos relevés de compte dans le logiciel. Ses points forts: il reconnait vos dépenses et recettes habituelles, classe les débits par poste, et planifie le budget previsionnel. Ce logiciel, accessible depuis le site internet, est gratuit. Sur lafinancepourtous.com, vous trouverez de nombreuses informations pertinentes pour bien gérer votre vie financière ainsi que des simulateurs de budget ou de crédit et d’épargne. Vous pouvez aussi vous rendre surhttp://www.lesclesdelabanque.com, qui est lui aussi, une mine d’informations sur la gestion de son argent.

 

L’aide de votre banque

le robinet du crédit !

Chaque mois, votre banque vous envoie un relevé de compte, par voie postale ou éléctronique, mais cela ne suffit pas toujours. Pour suivre votre budget au plus près, semaine après semaine, vous pouvez aussi vous aider des facturettes au distributeur de billets (DAB) La plupart du temps, vous pourrez imprimer les 5 ou 6 dernières opérations, sur votre compte. Cela vous donnera la situation générale à un moment donné. Gérer ses comptes en ligne offre souplesse, disponibilité et praticité, sans être contraint par les horaires d’ouverture de votre agence. Toutes les opérations courantes ( dépôt d’un chèque, virement, impression d’un RIB etc.) sont disponibles 7j./7 et 24h/24. De plus, vous pourrez recevoir des alertes par e-mail ou par SMS en cas par exemple, de virement de votre salaire, d’atteinte d’un certain solde ou d’une opération d’un certain montant.

Certaines banques offrent aussi leurs applications « maison » à télécharger sur votre smartphone pour suivre au fil de l’eau votre compte.

 

Faire appel à un coach

Et si la solution pour vous accompagner dans la gestion de votre argent consistait à faire appel à un coach budgétaire? Bon, en tant que chrétien qui sait que Dieu est le propriétaire de l’argent, comme de toute chose, et que nous ne sommes que les gestionnaires de son argent,Dieu est certainement le meilleur coach que vous pourrez trouver ici-bas…Si vous voulez aborder la gestion des finances personnelles selon les préceptes bibliques, je vous invite à suivre cette excellente formation sur le site du Top-Chrétien : http://topchretien.jesus.net/topformations/view/formation/finances/ Si vous préférez faire appel un coach plus « classique », et donc faillible car humain, c’est evidemment possible. Diplômée en comptabilité, Anne-claire Juan est à la tête d’A2G-31, depuis Mars 2011. Elle propose un accompagnement par mail ou par téléphone, « j’analyse les dépenses de mes clients et j’établis leur budget prévisionnel. Une à quatre fois par semaine, je les tiens informés de l’état de leur compte, et, si nécessaire, je leur demande de cesser d’utiliser leur carte bleue » Ses tarifs? De 24 à 36€/mois.

Quant à Estelle Seznec, ex-conseillère en Economie Sociale et Familiale, elle intervient chez des particuliers dans le Finistère: « En plus du coaching budgétaire, je propose de les aider à tenir leurs comptes et à classer leurs papiers, voire de faire leurs courses avec eux »

 

Le réseau associatif

Certaines associations aident gratuitement les personnes à mieux gérer leur budget. Par exemple, le Crésus en Ile-de-France, qui agit contre le surendettement. De la même façon, l’Union Départementale des Affaires Familiales (udaf) dispense une éducation budgétaire, en priorité vers les ménages rencontrant de sérieux problèmes financiers. Naturellement, vous pouvez aussi faire appel à une Conseillère en Economie Sociale et Familiale, dont les services sont gratuits, mais qui nécessite l’adhésion et la participation des personnes suivies. Vous pourrez prendre rendez-vous avec cette professionnelle auprès de votre centre communal d’action sociale, de la CAF, ou de la Maison Départementale des Solidarités.

Dieu et l’argent : la parabole des serviteurs et des récompenses

Entrez dans la lumière !

Dans ce nouvel article consacré à une sainte gestion de l’argent selon la volonté de Dieu, nous allons étudier dans le nouveau testament Mathieu 25 versets 14 à 30 sur la parabole des serviteurs et des récompenses. Dieu en effet, souhaite que nous gérions  l’argent qui lui appartient non seulement « en bon père de famille » c’est-à-dire avec sagesse, mais aussi que nous le fassions fructifier pour lui rendre gloire.

Si  le thème de l’argent revient régulièrement dans la Bible, c’est parce que Dieu sait parfaitement que l’argent est une occasion de chute très forte pour les hommes et qu’il est responsable denombreux péchés, commis parce que les hommes adorent l’argent comme une idole au lieu de le mettre au service de la Communauté. Jésus enseignait ses disciples et les préparaient à son retour avec cette parabole :

<< Ce sera en effet pareil au cas d’un homme qui, partant en voyage, appela ses serviteurs et leur remis ses biens. Il donna cinq sacs d’argent a l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, puis il partit aussitôt. Celui qui avait reçu les 5 sacs d’argent s’en alla travailler avec eux et gagna cinq autres sacs d’argent. De même, celui qui avait reçu 2 sacs d’argent en gagna 2 autres. Celui qui n’en avait reçu qu’un, alla creuser un trou dans la terre et cacha l’argent de son maître. Longtemps après, le maître de ses serviteurs revint, et leur fit rendre des comptes.

Celui qui avait reçu 5 sacs d’argent s’approcha, en apporta cinq autres et dit:  » Seigneur, tu m’as remis 5 sacs d’argent, en voici 5 autres que j’ai gagnés » Son maître lui dit: « C’est bien bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de choses, je te confierai beaucoup! Viens partager la joie de ton maître! » Celui qui avait reçu les 2 sacs d’argent s’approcha et dit:  » Seigneur, tu m’as remis 2 sacs d’argent, en voici 2 autres que j’ai gagnés » Son maître lui dit: « C’est bien bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de choses, je te confierai beaucoup! Viens partager la joie de ton maître! » Celui qui n’avait reçu qu’un sac s’approcha ensuite et dit: « Seigneur, je savais que tu est un homme dur, tu moissonnes où tu n’as pas semé et tu récoltes où tu n’as pas planté. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton sac d’argent dans la terre. Le voici, prends ce qui est à toi! »

Son maître lui dit: « Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonnes où je n’ai pas semé et que je récolte où je n’ai pas planté, il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurai retiré ce qui est à moi avec un intérêt. » Prenez-lui donc le sac d’argent et donnez-le à celui qui a les 10 sacs d’argent. En effet, on donnera a celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais a celui qui n’a pas, on enlèvera même ce qu’il a. Quant au serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres extérieursc’est là qu’il y aura des pleurs et des grincements de dents! » >>

Quel terrible sort est réservé au mauvais serviteur, celui qui n’a pas su plaire à son maître : lui, c’est l’enfer qui l’attend ! Alors que veut vous enseigner Jésus a travers cette parabole? Nous avons tous des dons, que Dieu nous a accordés. Mais ces dons, Dieu veut que nous en fassions quelque chose ! Que celui qui a reçu le don de prophétie, professe avec zèle, que celui qui a reçu le don de libéralité soit généreux en toutes choses…

être enraciné en Jésus, produit de bons fruits…

Ces dons, Dieu nous demande d’en faire profiter les autres. En matière budgétaire aussi, nous devons faire travailler l’argent, afin qu’il soit multiplié et serve à de bonnes œuvres, agréables à Dieu. Ainsi, Dieu sera satisfait des capacités dont il nous a doté, et il récompensera ses serviteurs qui porteront du fruit pour lui. 

Donc, on peut en conclure qu’il faut savoir épargner et investir l’argent dans des biens durables, qui seront utiles à la Collectivité.