La colocation : pour réduire son budget logement !

Un toît, c’est un droit !

Dans les grandes villes françaises, se loger devient très compliqué lorsque l’on a un petit budget, les prix de l’immobilier étant de plus en plus inabordables. Le phénomène de la colocation s’est développé sur ce constat, bien aidé aussi par la série “friends”, qui l’a popularisé…Depuis longtemps déjà, les étudiants ont recours a la colocation, du moins pour environ 4% d’entre eux…mais le phénomène nouveau, la crise aidant, c’est que d’autres catégories de personnes y ont recours : personnes âgées, avec la montée en puissance de la colocation intergénérationnelle, mères célibataires etc.

Alors la colocation…est-ce vraiment un bon plan? Certainement, si on le fait dans les règles de l’art, alors pour que votre colocation ne vire pas au cauchemar, zoom sur un phénomène de société…

Mais au fait, la colocation ça consiste en quoi? Eh bien tout simplement de partager un grand appartement ou une maison à plusieurs, donc de disposer d’un grand espace que l’on ne pourait jamais s’offrir si on était seul, et d’en partager les charges financières. Juridiquement, la colocation suit les mêmes règles que la location classique, la particularité, c’est que le contrat engage plusieurs personnes qui sont, en présence d’une close de solidarité, solidaires du paiement des cotes-part de chacun, à savoir que si un co-locataire quitte le logement avant la fin du bail sans être remplacé, les autres co-titulaires du bail devront payer pour lui s’il fait défaut.

 

2 façons (plus ou moins légales) de procéder…

Ca, c’est la façon officielle de procéder, c’est-à-dire que vous déclarez l’ensemble des co-locataires et que vous signez un bail en bonne et due forme avec le propriétaire. Les colocataires sont doncprotégés par la loi. Ainsi, vous pourrez prétendre, comme pour la location classique, à une aide au logement de la part de la CAF.

Et puis, il y’a la sous-location. Dans la pratique, le locataire en titre cherche un co-locataire par ses propres moyens, sans en informer le propriétaire, ceci se faisant de manière non-officielle, c’est la porte ouverte à de futurs conflits entre co-locataires et avec le propriétaire ! De plus, le colocataire non déclaré ne figurant pas sur le bail, il n’a aucun droit ni obligation dans le logement ni vis à vis du propriétaire. S’il refuse par exemple de payer sa part, vous êtes coincé et ne pouvez rien faire, car vous êtes dans l’illégalité… et il peut très bien vous dénoncer.

Cependant, dans certains cas, la sous-location peut être autorisée, vous devrez alors respecter quelques règles : tout d’abord, obtenir un accord écrit (de préférence) de votre propriétaire, le plus souvent pour une durée limitée ( départ en vacances par exemple) ensuite, ne pas sous-louer à un prix plus cher que le montant de votre loyer (spéculation interdite) Car le propriétaire qui arrive a le prouver a le droit d’empocher la différence. Si par contre, vous ne lui demandez pas l’autorisation de sous-louer et qu’il l’apprend, il peut engager des poursuites judiciaires contre vous, résilier le bail et vous mettre à la porte ! Donc, évitez la sous-location autant que possible, car c’est une source de conflit avec le propriétaire.

Attention à la clause de solidarité !

Si votre bail prévoit une clause de solidarité, lorsque qu’un des colocataires quitte le logement, le piège se referme, car le partant devra continuer a payer sa quote-part jusqu’à la fin du bail, donc même après son départ des lieux ! S’il n’honore pas ses engagements, ce sont aux autres de payer pour lui. C’est donc une clause très défavorable aux colocataires, qu’il faudra veiller a faire supprimer si elle est présente dans le bail sinon, vous prenez vos responsabilités !

En l’absence de clause de solidarité, le partant doit notifier son intention de quitter le logement au propriétaire en respectant le délai de préavis fixé dans le bail, et il est seulement tenu de payer sa quote-part jusqu’à l’expiration du préavis, même s’il part avant. Un conseil : anticipez au maximum le départ d’un des colocataires en lui cherchant un remplaçant, cela fait, il suffira d’en avertir le propriétaire pour changer le nom et la signature du partant par celle du nouvel arrivant.

Quelques conseils de survie en colocation

Pour une colocation réussie, mieux vaut bien poser les limites de la liberté de chacun, ainsi que de la répartition des charges et des tâches. Qui paie quoi? Combien? Qui fait quoi? Dans la pratique, chaque colocataire devra avoir sa propre chambre, donc une certaine intimité. En fonction du tempérament de chacun, de son mode de vie, on pourra préférer une fille ou un garçon. Pour ne pas se tromper dans le “casting”, un moment de rencontre et d’échange avec les autres est essentiel afin de bien cerner la personnalité du candidat.

Etre au clair sur les règles de fonctionnement de la colocation est indispensable : tour de ménage, courses, partage du frigo, répartition des dépensesprésence ou non d’un animal, autorisation de fumer etc. Autant de choses à penser. Pour vous faciliter la tâche, allez donc faire un tour sur le site http://www.colocation.fr , c’est une mine d’information !

Une réflexion sur “ La colocation : pour réduire son budget logement ! ”

  1. Bonjour,
    Je viens d’arriver sur votre blog un peu par hasard, et il semblerait que vos lecteurs/lectrices puissent être intéressés par Colocation 40 ans+, site de petites annonces, qui permet aux adultes ou aux seniors qui vivent seuls de se retrouver, en vue de vivre à plusieurs, sous un même toit en colocation.
    A bientôt.
    Cordialement
    P. Lelal
    http://www.colocation-adulte.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérifier que vous êtes humain :